L’aéronautique se mobilise pour les candidats présentant un handicap

Depuis quelques années, différents acteurs du secteur aéronautique sont à la tête d’initiatives pour aider les personnes présentant un handicap à valoriser leur potentiel et leurs compétences auprès d’équipementiers ou de constructeurs aéronautiques.

 

 

Portrait du salarié handicapé
Au cours des dernières décennies, le concept de handicap a quelque peu évolué. Le modèle médical – qui tenait compte des déficiences sensorielles et physiques – a laissé la place à un modèle social, qui intègre aussi les déficiences cognitives et mentales et qui tente de lever les obstacles liés à l’environnement afin que tous puissent s’épanouir dans la société. C’est ainsi que, depuis 1983, Statistique Canada, en collaboration avec Emploi et Développement social Canada, a conduit sept enquêtes afin d’identifier, au mieux, la population ayant des incapacités. La dernière en date, menée par Enquête canadienne sur l’incapacité de 2012 à 2017, révèle une augmentation de la population présentant un handicap parmi les plus de 15 ans : 22,3 % en 2017 contre 13,7 % en 2012. Une étude réalisée sur la province du Québec en 2011 précise les caractéristiques de cette population : taux d’emploi moindre (39 % travaillent contre 72 % chez les valides), faible activité chez les non-diplômés (seuls 21 % travaillent contre 50 % chez les valides); taux d’emploi plus élevé lorsque la gravité est moindre (63 % des personnes avec une incapacité légère travaillent, contre 18 % pour une incapacité lourde); tendance à travailler dans des petites structures (30 % dans des entreprises de 20 salariés et moins, 32 % de 20 à 99 salariés et seulement 16 % plus de 500 salariés); nécessité d’obtenir des aménagements de la station de travail ou de la flexibilité des horaires pour respectivement 50 % et 30 % d’entre eux.

 

 

Des initiatives concluantes
Dans le domaine aéronautique, les personnes présentant une incapacité peuvent occuper une variété de postes, tels que opérateur sur machine à commandes numériques ou d’usinage, technicien en électronique, câbleur, dessinateur-projeteur, technicien méthode, logisticien, ingénieur… Certains constructeurs et équipementiers ont décidé de se regrouper afin d’offrir, aux personnes présentant une incapacité, une chance de pouvoir mettre à profit leur potentiel, leurs aptitudes et leurs compétences au service d’une industrie qui est à la recherche de profils pointus. C’est ainsi qu’est né en 2010 Hanvol – regroupant notamment Safran, Thales, Dassault Aviation, UTC aerospace systems –, qui favorise l’insertion et l’intégration des personnes présentant un handicap en les aidant à construire un projet professionnel par le biais de conseils en orientation, de formations ou encore de visites d’entreprise. L’expérience semble concluante : 8 contrats furent signés en 2010, puis 56 en 2011-2013 et enfin 73 sur la période 2014-2016. On retrouve aussi certains de ces employeurs à la tête du forum emploi, Les rencontres Haéro, dont la méthode de recrutement diffère quelque peu, en tablant non pas sur les diplômes ou l’expérience professionnelle, mais davantage sur le potentiel et les aptitudes du candidat. À partir d’une bibliothèque regroupant une trentaine de compétences et d’aptitudes transférables au secteur de l’aéronautique et intégrant aussi les particularités des conditions d’exercice, des candidats se voient proposer des offres, jusque-là improbables pour eux. Il n’est donc pas surprenant d’apprendre qu’un non-voyant gère les non-conformités informatiques sur la chaîne d’assemblage de l’A380 à Toulouse.

 

Réussir une telle intégration nécessite un fort investissement de l’entreprise, en commençant par la recherche de l’adhésion de l’ensemble des salariés et la formation des gestionnaires, afin que le salarié présentant une incapacité soit reconnu pour son savoir-faire et non connu pour son handicap.

Articles récents par
Commentaires

Réseau d'emplois Jobs.ca

#